top of page

La Grande Mosquée de Paris accueille le Cadi sénégalais Cheikh Mourtalla Bousso

: Un éminent représentant de l'islam honoré de sa visite".


Crédit photo : ©Minbarinfo


Le recteur Chems-eddine Hafiz a reçu chaleureusement le Cadi sénégalais Cheikh Mourtalla Bousso, une figure importante de la confrérie des Mourides, qui prône un islam fondé sur le savoir et la paix depuis sa création par Cheikh Ahmadou Bamba.


Crédit photo : ©Minbarinfo


Le juge Mohamed Mortada Bosso est un juge de la charia au tribunal sénégalais. Il est également un Imam-da'ayia et conférencier de renommée internationale, ainsi qu'un responsable au sein de la commission sénégalaise du Hajj. Il est le directeur et fondateur de l'Institut Al-Huda, qui se consacre à l'éducation, la formation et la mémorisation du Coran dans la ville de Tuba, au Sénégal.


Le Cheikh Bosso est un adepte de l'ordre Muridi et fait partie de l'Académie internationale des érudits soufis. L'ordre Muridiyya est un ordre soufi sunnite pacifique qui appelle à la piété et à la bonne prédication. Il a été fondé par Cheikh Ahmed Bemba, également connu sous le nom de serviteur du Messager. La capitale de cet ordre est la ville sénégalaise de Tuba, et son actuel calife est Cheikh Muhammad al-Muntaqqi Mbaki, le petit-fils du fondateur.

L'ordre Muridiyya comprend plusieurs centres, instituts et universités dédiés à la mémorisation du Coran, tels que l'Université Cheikh Ahmed de Bomba, l'Université Cheikh Ahmed Al-Khadim pour l'éducation et la formation, ainsi que l'Institut Al-Azhar, qui compte plus de cent mille étudiants.


Le juge Bosso a également écrit plusieurs livres, dont "La fraternité entre musulmans dans les écrits de Cheikh Al-Khadim" et "Soufisme sunnite et préservation de l'identité - L'ordre Muridi comme modèle". Il a également réalisé de nombreuses recherches, articles et séries de leçons scientifiques dans différents domaines.


Au cours de cette rencontre, l'invité a été accompagné du recteur de la grande Mosquée de Paris, du directeur général et des imams, et ils ont eu l'occasion d'aborder plusieurs sujets d'intérêt commun.


Crédit photo : ©Minbarinfo


Lors de cet échange, des cadeaux ont été échangés entre l'invité et le recteur. Le Cadi Bousso a offert un livre de son Cheikh Muhammad al-Muntaqâ Mbâki au recteur, tandis que le recteur a généreusement offert une traduction du Noble Coran en français ainsi que la médaille de la Grande Mosquée de Paris.


Crédit photo : ©Minbarinfo


Ensuite, l'invité a bénéficié d'une visite guidée de la Mosquée, accompagné des imams et des guides, qui lui ont présenté la salle de prière, la bibliothèque, les jardins ainsi que la tombe de Si Kaddour Benghabrit, le fondateur et premier recteur de la Grande Mosquée de Paris et son Institut musulman.


De son côté, le recteur a accompagné l'invité dans la salle de conférence, lui faisant découvrir l'histoire de cette prestigieuse institution à travers une exposition illustrée.


Crédit photo : ©Minbarinfo


Crédit photo : ©Minbarinfo


Il est important de préciser que l'ouverture de la Grande Mosquée de Paris aux confréries soufies ne vise ni à promouvoir ni à encourager l'adoption d'une Tariqa spécifique. D'un côté, les confréries soufies sont parmi les groupes pacifiques et modérées qui coexistent avec toutes les écoles de pensée et tous les courants de l'Islam. Il est donc tout à fait naturel qu'elles aient leur place à la Grande Mosquée de Paris. D'un autre côté, la Grande Mosquée de Paris accueille tous ceux qui souhaitent la visiter, en tant que représentante de l'islam et des musulmans, non seulement en France, mais aussi en Europe et dans le monde occidental.


Le recteur de la Grande Mosquée de Paris s'efforce également de présenter une image de l'islam conforme à celle de nos ancêtres, une religion qui prône la tolérance, l'amour et l'acceptation de tous.


Équipe de rédaction du média Minbarinfo : M.F.T

87 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page