top of page

Les représentations d’Abraham (Ibrāhīm) dans le Coran - 3ème partie



Abraham et son père


Le prophète Abraham a commencé par inviter les plus proches à embrasser la religion dont son père, qui faisait partie des négateurs. Il expliqua patiemment que les statuts créés de leurs mains ne pouvaient en aucun cas tenir un pouvoir divin et que Dieu était Unique. Il usa de douceur pour combattre le traitement hostile qu’il subit de la part de son père. Le Coran rappelle le moment où Abraham dit à son père Āzar : « Prends-tu des idoles comme divinités ? Je te vois, toi et ton peuple, dans un égarement évident !»1. Dans ce passage le Coran parle du père d’Abraham, Āzar qui était un idolâtre influencé par son entourage.


La tradition musulmane le présente comme un adorateur d’idoles et c’est pourquoi il fut le premier qu’Abraham appela au monothéisme à travers le dialogue et la logique comme moyen d’argumentation.


La même histoire est présente dans la sourate 19 avec plus de détails, en commençant par dénombrer deux qualités d’Abraham pour s’introduire au sujet, en le présentant comme modèle de véracité à côté de sa prophétie : « Et mentionne dans le Livre, Abraham. C’était un très véridique et un Prophète »2.


Le père Āzar rejeta immédiatement les propos de son fils, comme il fallait s’y attendre d’un homme confronté par un plus jeune que lui usant de propos allant à l’encontre d’années de tradition chez son peuple : « Lorsqu’il dit à son père : « Ô mon père, pourquoi adores-tu ce qui n’entend ni ne voit, et ne te profite en rien ? Ô mon père, il m’est venu de la science ce que tu n’as pas reçu ; suis-moi, donc, je te guiderai sur une voie droite. Ô mon père, n’adore pas le Diable, car le Diable désobéit au Tout Miséricordieux. Ô mon père, je crains qu’un châtiment venant du Tout Miséricordieux ne te touche et que tu ne deviennes un allié du Diable ». Il dit :

« Ô Abraham, aurais-tu du dédain pour mes divinités ? Si tu ne cesses pas, certes je te lapiderai, éloigne-toi de moi pour bien longtemps » « Paix sur toi », dit Abraham. « J’implorerai mon Seigneur de te pardonner car Il m’a toujours comblé de Ses bienfaits. Je me sépare de vous, ainsi que de ce que vous invoquez, en dehors d’Allah, et j’invoquerai mon Seigneur. J’espère ne pas être malheureux dans mon appel à mon Seigneur »3. Le verset montre qu’Abraham avait exhorté son père à ne plus adorer une divinité en dehors d’Allah et même il l’avait réprimandé, mais le père ne s’interdisait pas.


Concernant ce verset al-Dahāk rapporte qu’Ibn ʿAbbās a dit que le père d’Abraham ne s’appelait pas Āzar. Mud̲ j̲āhid et al-Suddī d’ajouter : Āzar était le nom d’une idole.


Ibn Kat̲h̲īr a dit : « Il se peut qu’on l’appelât ainsi parce qu’il était toujours au service de cette idole »4. Mais Ibn Jarīr a précisé que Āzar était bien le nom du père d’Abraham car, comme de coutume, on donnait à la personne deux noms, ou un nom et un surnom. Cette opinion est très logique comme le voyait ibn Kat̲h̲īr et al-Ṭabarī 5.


Abraham continua à s’adresser à son père : « Paix sur toi », dit Abraham. « J’implorerai mon Seigneur de te pardonner car Il m’a toujours comblé de Ses bienfaits. Je me sépare de vous, ainsi que de ce que vous invoquez, en dehors d’Allah, et j’invoquerai mon Seigneur. J’espère ne pas être malheureux dans mon appel à mon Seigneur »6.


Après avoir tenté à plusieurs reprises de convaincre son père d’abandonner l’adoration des fausses idoles, Abraham se tourna vers son peuple, cherchant à le mettre en garde en employant la même logique.


A suivre ...




Notes de l'aticle :


1 - Sourate 6, 74.

2 - Sourate 19, 41.

3 - Sourate 19, 46-48.

4 - Ibn Kat̲h̲īr, 1/458.

5 - Ibid.

6 - Sourate 19, 42-50.


19 vues0 commentaire

Comments


bottom of page