top of page

Quelle Valeur pour les Prédications et les Prêches Menés sur les Réseaux Sociaux ?



Le succès des « prédicateurs » musulmans sur les réseaux sociaux auprès de nombre d’internautes est indéniable.


Ces Imams virtuels, qui prêchent un Islam salafiste simpliste et qui souvent confondent hadith et versets, semblent atteindre toutes les couches de la population, mais surtout les jeunes musulmans à la recherche de sens et en quête identitaire.


Il nous parait clair qu’un nombre important de facteurs peuvent influencer ces jeunes en rupture avec leur environnement, la discrimination ou les violations des droits de la personne en sont des exemples.


Le déracinement, qui est selon l’historienne des religions Karen Armstrong, le terreau du fondamentalisme, conjugué à l’échec scolaire et à la dislocation de la cellule familiale ont privé nombre de ces jeunes de la culture et de l’esprit critique nécessaires pour se forger une personnalité capable d’entendement, de discernement et surtout de raison en matière religieuse.


C’est peu dire que ces adolescents ultra-connectés forment un parfait réceptacle pour des discours massivement diffusés par ces ‘’influenceurs musulmans’’ qui véhiculent un contenu indigent chargé d’extrémisme, d’intolérance et de haine, quand ce n’est pas des préceptes de fondamentalisme tendant à leur fait croire que là est la foi musulmane...


Le Coran est pourtant on ne peut plus claire sur le sujet. La foi en Islam relève de l’Individu et de son rapport singulier à Dieu. Ce qui fait que chaque croyant est seul responsable de ses actes et pensées, ici-bas et lors du Jugement Dernier.


Suivre sans réflexion une personne, fût-elle un Imam, n’absous personne de ce sens de la responsabilité individuelle, et encore moins ces prédicateurs qui décident de juger la piété des Femmes et les Hommes à la place de Dieu.


Il faut avoir en mémoire que ceux qui ont investi ce secteur n’ont pas pour seul souci de transmettre les valeurs de l’Islam authentique ou d’un contenu religieux pertinent, mais ils sont également mus par le besoin de gagner de l’argent sur les différentes plateformes des réseaux sociaux, quitte à proposer un modèle de foi illusoire et un Islam édulcorée et décharné, pour plaire.


C’est ainsi que certains prédicateurs, à travers leurs sermons polémiques et séparatistes totalement opposés aux valeurs humanistes de l’Islam, préparent le terrain à un islamisme radical, en attirant un public d’adolescents dépourvus de toute culture religieuse ou citoyenne.


Il est impératif que l’ensemble de la Communauté Musulmane et les institutions cultuelles musulmanes établies en France prennent conscience du danger que représentent ces apprentis imams et prenne des mesures pour minimiser de leur influence, le plus souvent néfaste.


Notons que ce phénomène n’est pas cantonné uniquement à la France ou à l’Europe, mais il a pris de l’ampleur pour devenir un fait mondial.


Dans un rapport de l'institut Montaigne, intitulé "La fabrique de l'islamisme" publié en 2018, il est rapporté que "les islamistes ont le monopole du discours religieux musulman sur internet, à l’échelle mondiale comme à l’échelle française".


Peu se rappellent ce prédicateur saoudien du nom de Mohamed Al Arifi, qui avait 24 millions d'abonnés sur Facebook et plus de 21 millions de followers sur Twitter, promptement interdit par les autorités de son pays à diffuser ses prêches aux positions intolérantes et rigoristes sur les femmes, les juifs ou encore la société occidentale.


Passons sur les prédicateurs français qui affirment à destination d'enfants, que ceux qui écoutent de la musique risquent d'être « transformés en porc » ! Ou encore de celui, plus récemment qui avait tenu des propos homophobes et antisémite qui lui ont valu un arrêté d’expulsion de France…


Tous, ont réduit l’Islam à une religion restrictive qui ne fait que gérer ce qui est licite ou illicite, ou qui donne des explications sommaires et souvent fausses sur des thèmes touchant à la mort, le mariage, le divorce, l’homosexualité, quand ils ne donnent pas leurs avis sur la lecture de Mangas ou s’il est possible de faire la bise à sa cousine…


Certes il existe sur Internet de véritables exégètes qui apportent une approche tout autant religieuse, scientifique, historique ou philosophique dans la compréhension des textes.


Mais il n’est pas certain que cela soit à portée de cette jeunesse, plus affectée par un salafisme de prédication et son pendant le wahabisme que par des notions éclairées sur la signification de la Foi et le pluralisme en Islam.


Qui se souciera dès lors de leur rappeler et leur expliquer le débat houleux qui a eu lieu à la conférence de Grozny en Aout 2016, lorsque de hauts représentants sunnites avaient discuté de l’exclusion du wahhabisme de la doctrine sunnite ?


Qui expliquera à cette jeunesse si fragile l’Histoire de cette merveilleuse religion qui a été si souvent malmenée par des chefs de guerre et des leaders locaux qui l’ont adapté pour leurs seules ambitions ?


Enfin qui arrivera à faire prendre conscience à cette formidable jeunesse que le véritable culte musulman prône le développement de la connaissance et le respect de l’autre sans distinction, ainsi que des valeurs d’humanité et de fraternité, seuls remparts face aux paroles violentes et les postures radicales de ces Imams du net.


D’excellentes initiatives sont prises ici et là par des institutions cultuelles en France pour prévenir et éclairer les croyants sur le danger de ces prédicateurs 2.0.


Ainsi, le samedi 3 décembre 2022, la Grande Mosquée de Paris organise conjointement avec l’association Ensemble Marie, une table ronde animée par Marie-Claude Tribout, ancienne directrice diocésaine de l’Enseignement Catholique de Lille, sur le thème « les jeunes et la spiritualité à l’ère du numérique » avec la participation du Recteur de la GMP, du Frère Paul-Adrien d’Haredemare et du Docteur Lyess Chacal.


Nous ne pouvons clore notre article sans nous adresser à notre jeunesse, à laquelle nous disons : n'oubliez jamais que le premier mot parvenu à notre prophète (QLSSSL) commence par le commandement Divin Iqra’ qui veut dire lis ! Une ouverture incitant à chaque individu de s'éloigner de l’ignorance et de s’élever par le savoir, la vertu et l’heureuse quiétude.


Crédit photo : JOE MAGEE, Royaume Uni Pour Courrier International

84 vues0 commentaire

Kommentare


bottom of page